Rhéal Léger

J’ai 66 ans et j’habite à Dieppe, au Nouveau-Brunswick. Je suis titulaire d’une maîtrise en administration publique. Je suis présentement à la retraite du gouvernement fédéral après 27 années de service en gestion et relations publiques.

Il y a quinze ans, j’ai perdu mon ouïe du jour au lendemain. Inutile de dire que j’étais dévasté. C’était comme si j’avais frappé un mur de briques. Je ne savais pas vers qui me tourner. Mon niveau de perte est profond. Peu de temps après ma surdité, quelqu’un m’a présenté à l’Association des malentendants canadiens. Depuis lors, j’ai été très actif avec l’organisation. Je suis actuellement le président de notre section locale à Moncton.

Récemment, étant le seul instructeur de lecture de discours bilingue au Canada, on m’a demandé de former des participants pour devenir des instructeurs de lecture de discours dans la province de Québec. Je suis très heureux de dire que c’était un vrai succès car c’était la toute première fois qu’une telle formation était offerte en français.

En plus de ma participation à l’AMEC, je suis coordonnatrice régionale pour Aînés Aînés. Notre mandat est d’habiliter les personnes âgées à prendre des mesures qui mèneront à une meilleure qualité de vie.

En devenant membre du Conseil national, je suis convaincu que mon expérience de travail en gestion et en relations publiques peut grandement contribuer à la croissance de l’Association des malentendants canadiens.

De plus, le fait d’être entièrement bilingue constituera un atout important, surtout lorsqu’il s’agit d’atteindre les communautés francophones, car nous devons être visibles et pleinement accessibles à toutes les personnes vivant avec une perte auditive au Canada.

Enfin, je veux participer à la croissance et au développement de l’AMEC. Je crois fermement au travail d’équipe et à la transparence : Ensemble, nous pouvons faire la différence!